Cours de tronc commun

Le tronc commun de la licence en « Information et communication » est composé :

1. Des « enseignements fondamentaux »

Les enseignements fondamentaux ont pour objectif l’ancrage disciplinaire des savoirs utiles aux Sciences de l’information et de la communication (SIC). Les cours proposés sont divisés en deux parties : l’une est consacrée à l’histoire et la description de la discipline convoquée, l’autre aux développements spécifiques en SIC.

Anthropologie de la communicationHistoire de la communicationPsychologie de la communicationSociologie de la communicationÉconomie de la communicationEsthétique de la communicationÉthique et pratique de la communicationApproches croiséesSémiologie de la communicationInitiation à la recherche en SIC

 2. Des « enseignements méthodologiques »

Les enseignements méthodologiques ont pour objectif l’apprentissage des méthodes utilisées en SIC, et en sciences humaines et sociales en général. Ils font appel au plus grand nombre de mises en situation possible, afin que les étudiants soient confrontés sur le « terrain » aux difficultés inhérentes à toute recherche.

Rhétoriques de l’image et du sonTechniques d’enquêtes en sciences socialesVeille informationnelleLecture critique de l’actualitéAnalyse du discours médiatique, Gestion de projetTechniques de marketing

3. Des « enseignements pratiques »

Les enseignements de réalisation (ateliers) ont pour objectif la conception et la mise en œuvre d’objets de communication dans différents domaines techniques (presse, radio, télé, ou multimédia).

Communication orale (semaines d’intégration L1)Communication écrite (semaines d’intégration L1), 3 ateliers au choix

4. Cinq cours de langue (1 par semestre) et deux cours libre

Les métiers de la communication nécessitent une ouverture aux cultures. Un bon niveau de langue étrangère est par conséquent demandé. C’est pourquoi cinq cours de langues sont programmés. Vous avez le choix des langues, à condition qu’il s’agisse de langues nationales (langues dites « non minorisées ») : cela peut être l’allemand, l’anglais, l’espagnol, l’italien, le mandarin, le russe, etc. (y compris les cours de FLE pour les non-francophones). Vous avez également le choix du niveau, à condition qu’à la fin de votre cursus, vous puissiez justifier d’un niveau « enseignement supérieur » dans une langue à la fin de cotre diplôme (niveau C1).

5. Deux périodes de pré-professionalisation

Deux périodes d’insertion professionnelle sont prévues dans le diplôme : l’une de 2 mois (minimum), l’autre de 3 mois (minimum). La première est réalisée par l’étudiant au cours des deux premières années de sa licence (de préférence pendant les vacances scolaires), la seconde pendant le sixième semestre, banalisé, c’est à dire qu’aucun cours n’a lieu au semestre 6 pour les étudiants de troisième année (hors admissions parallèles en L3 direct). Les modalités d’évaluation ne sont pas les mêmes : le premier stage donne lieu à un rapport de stage simple, le second à un mémoire problématisé et une soutenance devant jury.

Nous ne délivrons aucune convention pour des stages « libres » (en vertu du Décret nº 2006-1093 du 29 août 2006 pris pour l’application de l’article 9 de la loi nº 2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances.

Les périodes d’insertion professionnelles peuvent le faire sous contrat de travail, sous contrat de professionnalisation, ou sous convention de stage. Dans ce dernier cas, le minimum légal de la gratification des stages s’élèvera désormais à :Le taux horaire de la gratification est égal à 3,60 € par heure de stage, correspondant à 15 % du plafond de la Sécurité sociale (soit 24 € x 0,15 au 1er janvier 2016). (décret du 27 novembre 2014).