Rapports sociaux de race et cultures subalternes

Maxime Cervulle

La dénaturalisation de la notion de « race » suffit-elle à saper son emprise sur le monde social ? L’étude des rapports sociaux peut-elle faire l’économie de la « race » ? À quels conditions la notion de « race » peut-elle servir d’outil critique pour appréhender la permanence des inégalités racistes ? À partir de ce questionnement, ce cours propose d’explorer trois dimensions des rapports sociaux de race : 1) les enjeux épistémologiques d’un point de vue « subalterne » sur les processus sociaux, qui mettent en lumière la dimension politique de la production de connaissance ; 2) les modalités de formation d’une hégémonie blanche, qui s’exprime aussi bien sur le terrain culturel que politique et économique ; 3) enfin, les théories et pratiques de la lutte antiraciste, qui donnent à voir les dimensions stratégiques de la contestation du racisme systémique et ses différents plans.